LE PROBLÈME DES DIFFÉRÉS


Le décret de béatification des martyrs de septembre 1792 à Paris en a différé 22 d’entre eux « jusqu’à ce qu’il soit plus informé et que les preuves soient fortifiées ». Mais le Pape n’a pas précisé quelles étaient les preuves insuffisantes. Pour quelques-uns, c’est probablement leur identité qui est pas certaine, mais très certainement pour la plus part c’est la preuve de la mort qui manque.

L’Association du souvenir des Martyrs a dans ses buts la réouverture de leur procès. Pour cela elle a besoin de l’aide de tous, famille ou chercheurs, pour trouver les documents qui peuvent apporter les éléments de décision, en particulier les actes notariés de liquidation des successions.

Elle leur sera reconnaissante de lui faire parvenir le fruit de leurs recherches soit à son adresse 70 rue de Vaugirard 75 006 Paris, soit à son adresse électronique (formulaire).

Il s’agit de :

Antoine, Claude, Auguste BEAUPOIL de SAINT AULAIRE,
Thomas Pierre de BOISGELIN de KERDRU,
Salvatore COSTA,
Jacques FANGOUSSE de SARTRET,
Marie, Antoine Philippe FAUCONNET,
Jean-Baptiste GUESDON,
François GUILLAUMOT,
Pierre, Alexandre de LANGLADE du CHEYLA,
François, Louis LAUGIER de LAMAMON,
LEBRETON ou BRETON
Jean MASSIN,  
Jean, Marie MONGE,  
Louis PELLIER,
Augustin PORLIER,
Louis, François ROSE,
Antoine, Jean, César ROSTAING,
Jean, Joseph THIERRY,
Guillaume VIOLARD,
Joseph VOLONDAT